Présentation

 

Le Festival artistique qui aura lieu dans la ville de Niamey constitue l’un des trois axes capitaux de la Rencontre Internationale de Littérature Orale Africaine. Cette ville se concentre principalement dans la diffusion de nouvelles formes d’exprimer l’importance de l’oralité dans la société africaine en y incluant des expressions très anciennes demeurées presque intactes jusqu’à nos jours, voire d’autres expressions plus modernes et plus connectées aux nouvelles générations.

Nous aurons l’occasion d’aborder dans le congrès la question de l’état critique d’imminente disparition dans lequel se trouve une grande partie de ces manifestations. En conséquence, il est important de mettre l’accent sur les modalités de littérature orale, à la base des sociétés africaines depuis le temps jadis, car elles commencent à disparaître rapidement comme résultat des nouveaux styles de vie adoptés en Afrique.

En premier lieu, une série d’activités sera réalisée parallèlement dans les écoles où seront présentés des contes traditionnels, de la musique et des instruments sur le point de disparaître, ainsi que de nouveaux moyens de diffusion de l’oralité comme le projet de Arts Cultura y Desarrollo, Histoires à partager –expérience d’animation audiovisuelle réalisée par les étudiants du Conservatoire Balla Fasséké Kouyaté à Bamako (Mali) et les étudiants de l’Université Polytechnique de Valence. Tout sera présenté dans cinq écoles différentes de la périphérie de Niamey.

En deuxième lieu dans le programme, une séance nocturne de musique, récits et danses purement traditionnelles aura lieu dans le Centre des Jeunes dans le quartier périphérique de Talladje. Les contes seront au rendez-vous dans une séance en présence de Pascaline Ouedraogo, célèbre conteuse burkinabé intégrant des instruments traditionnels de son pays dans son récit. De la même manière, le musicien Takayalla de la localité nigérienne de Bonkoukou nous présentera l’assaka, modalité presque inconnue dans les sonorités touarègues. Rabé Makaho, ensemble musical de la région de Zinder, fera de même dans un spectacle qui pourrait être défini comme le versant primitif du slam car des vers rythmiques s’enchaînent de façon improvisée.

Pour conclure cette séance, deux groupements de danses de possession montreront au public différentes formes d’entrer en transe et de transmettre l’élévation de l’esprit par-dessus la dimension matérielle.

Samedi soir, le Centre Culturel Oumarou Ganda accueillera la grande star de la musique malienne Bassékou Kouyaté accompagné de sa femme, la griotte Amy Sacko. Tous deux constitueront le plat de résistance d’une soirée qui aura également une place pour le hip hop local grâce à des artistes reconnus comme Kamikaz, Machivel y Block’s crew. Slammeur’ nous montrera qu’il y a des pays comme le Tchad proposant des valeurs importantes dans le slam, et Jhonel montera sur scène pour nous montrer les nuances du plus grand représentant nigérien de ce genre. Finalement, le groupe légendaire Mamar Kassey montera sur scène pour charmer le public avec un répertoire de chansons néo-traditionnelles connues de tous les nigériens.

 

 

Également, pendant la célébration du congrès scientifique, Mamane Barka, le seul musicien vivant capable de jouer l’instrument traditionnel biram, posera différentes problématiques concernant la conservation et la diffusion du patrimoine immatériel du Niger. Le compositeur de slam Jhonel suscitera une certaine polémique en raison du nouveau format de littérature orale proposé et rejeté à cause de ses origines non-africaines. Enfin, Bassékou Kouyaté et Amy Sacko entameront le dialogue sur l’évolution de la tradition musicale du Mali à travers le respect pour les origines et le besoin d’innover avec de nouveaux sons. Tous les artistes seront invités à participer à la plateforme numérique des Archives de la Mémoire Orale où, aussi bien les artistes que les scientifiques pourront apporter des enregistrements traditionnels en rapport avec l’Oralité, ainsi que des registres audiovisuels qui pourraient servir de base pour de nouvelles créations.